Intelligences multiples

Intelligences multiples

Intelligences multiples

La notion d’intelligences multiples fut mise à l’honneur par Howard Gardner qui à présenté en 1983 et complété en 1993, un modèle de 7 puis 8 ou 9 d’intelligences, qui se développent de manière indépendantes et parallèles.  Cette approche trouve naturellement un écho dans le Modèle Intégral. Les lignes de développement sont parfois nommées intelligences et elle se développent de manière relativement indépendantes.

Nous allons revisiter aujourd’hui, d’une manière légèrement différente les intelligences multiples. Nous allons associer les dimensions de développement et les étapes ou niveaux de développement,  aux différentes intelligences qui y sont associées.

Les cinq corps

Le Modèle Intégral rassemble différentes cartes et modèles d’évolution d’origines et d’époques très variées. Une de ces cartes trouve son origine dans l’école de l’Advaita Vedanta, apparue vers le  VIsiècle en Inde. Cette carte propose de classer les expériences humaines en 5 catégories. Chacune de ces catégories d’expériences sont associées à un corps particulier, doté de caractéristiques spécifiques. Chaque niveau expérimental et le corps qui lui est associé est défini comme une Dimension – abréviation D ci-dessous.

Le corps physique et les expériences sensorielles(D1)
Le corps vital et émotionnel, avec les sensations vitales et les émotions (D2)
Le corps mental et les idées, les croyances, la raison(D3)
Le corps subtil, les intuitions, les intentions  et les formes subtiles(D4)
Le corps causal  et la présence(D5)

Chaque Dimension est elle-même divisée en Niveaux qui constituent des étapes de développement discrètes et spécifiques dans chaque dimension.

Développement conventionnel et au-delà

Roue Intégrale 13 Niveaux

L’éducation scolaire et universitaire conduit en Occident, la plupart des individus à intégrer les 5 premiers niveaux de la roue. Ce 5ème niveau marque le début du développement de la dimension mentale (D3). Le niveau N5 est désigné comme le niveau conventionnel ou rationnel. Dans l’image que nous nous faisons de nous-même et du monde une fois arrivés à ce niveau, nous incluons donc des sensations corporelles, des émotions et des croyances conceptuelles.

Les deux dernières dimensions sont désignées par certains comme le moi supérieur, par d’autres, comme les dimensions de l’identité spirituelle. Il conviendra de définir ces dimensions plus précisément ce que nous ferons dans la suite de ce texte.

 

Les trois premières intelligences

Dans  nos sociétés occidentales moderne (N5) et post moderne (N6), hautement compétitives, focalisées sur la rentabilité économique, les qualités cognitives ont pris pendant longtemps la première place dans l’évaluation de la valeur de l’individu. La mesure du Quotient Intellectuel (QI) est donc la référence la plus fréquente de mesure de l’intelligence car elle permet de qualifier et de quantifier la valeur économique, scientifique ou la plus value sociale de l’individu.

Depuis le début des années 90, la notion d’intelligence émotionnelle est apparue dans les travaux de Salovey et Mayer et le sujet devint populaire en 1995 avec le livre sur ‘L’intelligence Emotionnelle’ de Daniel Goleman. La notion de Quotient Emotionnel (QE) n’a pas encore gagné la crédibilité du QI mais il a le mérite de se frayer un chemin en entreprises ainsi que dans de nombreux autres milieux, comme le milieu scolaire.

La culture physique et l’intelligence kinesthésique sont probablement les plus évidentes mais aussi les plus négligées de ce trio des quotients. La capacité à agir en fonction des besoins économiques et sociaux – l’intelligence professionnelle avec toutes ses composantes-  fait partie de toute éducation visant l’insertion dans le système de production. La capacité à gérer le “potentiel santé” du corps physique est par contre pratiquement entièrement laissé à l’initiative individuelle, une fois terminé le cursus scolaire. S’il n’existe pas vraiment de Quotient Physique (QP) pour mesurer les capacités générales dans ce domaine, il existe par contre de nombreux index et tests permettant d’évaluer certaines capacités particulières, relatives à une fonction dans les domaines médicaux, sportifs ou dans le cadre du travail.

Ces trois premières intelligences – physique, émotionnelle et cognitive – sont clairement identifiées dans la société occidentale. Elles jouent un rôle proportionnellement plus ou moins important en fonction des postes occupés dans la société.

D4 et D5 : de quoi s’agit-il ?

Les deux dernières dimensions, les corps, les expériences et les intelligences associées, sont encore largement négligées en occident. Le quatrième corps dans le modèle intégral est désigné comme le corps subtil. L’intelligence qui lui est propre est l’intelligence du cœur. Le cinquième corps est désigné comme le corps causal dans le modèle intégral. L’intelligence de l’Etre, ou l’Amour est l’intelligence de ce dernier corps.

On peut regrouper les deux dernières dimensions, D4 et D5, et les désigner globalement comme la dimension spirituelle de l’expérience. L’acclimatation à, et la croissance dans ces dimensions sont pratiquement inexistantes ou marginales dans notre culture. Le terme d’Intelligence Spirituelle et de Quotient Spirituel (QS) demande encore à trouver sa place dans notre cartographie  du monde intérieur.

Pour 80 recherches Google sur le QI on en trouve 1 pour le QE et aucune pour l’intelligence spirituelle. Certains pionniers s’aventurent sur le terrain de l’intelligence spirituelle. Cindy Wigglesworth présente cette intelligence comme un élément à cultiver pour obtenir de meilleurs résultats économiques et humains. La neuro-théologie avec Andrew Newberg ou Mario Beauregard ouvre l’investigation scientifique au domaine des états de conscience modifiés et aux états de conscience mystiques et religieux.

Le modèle intégral considère ces différentes intelligences (QP, QE, QI et QS) comme des lignes séparées qu’il est important de cultiver en parallèle.

Au-delà des 5 corps

La tradition non-duelle de l’Advaita Vedanta dont est tirée le modèle en 5 dimensions brièvement présenté ci-dessus, considère que la Conscience Pure, intègre et transcende elle-même ces 5 dimensions. Le  ‘6ème corps’ – la Conscience Pure, marque pour cette école de début de la spiritualité.

Tout ce qui peut être appris et développé prend place dans la perception du temps et de l’espace de l’univers créé. Ce que nous sommes par contre, existe fondamentalement hors du temps, hors de l’espace. La reconnaissance du 6ème corps est désignée comme le premier pas de l’éveil (Turya en sanskrit) à notre véritable nature spatiale et spirituelle. Le pas suivant (Turyatita en sanskrit) correspond à la reconnaissance de la nature unitaire et spirituelle de toute manifestation. Ces états de conscience signent l’ouverture à des niveaux encore plus profonds, l’éveil de l’intelligence spirituelle.

Coaching Intégral et Intelligences multiples

De manière très pragmatique, les ateliers et les formations que nous organisons s’efforcent de développer l’intelligence kinesthésique par une meilleure connexion avec le corps, à travers le travail avec la mémoire cellulaire et les postures de yoga. Le travail avec les parts, la réconciliation avec les enfants intérieurs, et l’EFT, permettent de muscler l’intelligence émotionnelle. Le modèle intégral et les cours théoriques durant les formations nourrissent l’intelligence cognitive. Les méditations avec la géométrie sacrée ainsi que les séances d’activation du corps subtil (Fréquences de Brillance et Fleur de Vie) permettent le développement de l’intelligence du cœur.  Ces méditations permettent également de graduellement résider dans la présence ‘Je Suis’ au niveau du corps causal. Les pratiques de retournement et de contemplation enfin, permettent de fortifier l’intelligence spirituelle. Par une pratique graduelle de ces diverses approches, nous accompagnons durant les séances et ateliers l’éclosion intégrale des diverses formes d’intelligence.

 

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.